Impact de l’aménagement sylvicole sur la sensibilité aux changements climatiques du bilan carbone de peuplements situés à la limite nordique de la zone d’exploitation forestière
Institut de recherche sur les forêts

Projet de doctorat

Impact de l’aménagement sylvicole sur la sensibilité aux changements climatiques du bilan carbone de peuplements situés à la limite nordique de la zone d’exploitation forestière

Contexte et problématique : Alors que le monde politique tente de s’organiser autour de la lutte contre les changements climatiques et que le gouvernement du Canada réitère son intention de s’y impliquer, il devient impératif pour l’industrie canadienne de réduire ou compenser ses émissions de gaz à effet de serre (GES). De telles mesures seront nécessaires non seulement pour des raisons d’acceptabilité sociale, mais aussi afin de respecter d’éventuelles législations concernant les émissions de GES. Au regard des stratégies d’atténuation des GES, le Canada dispose d’un atout majeur grâce à ses vastes étendues de forêts boréales. Ces dernières constituent en effet un réservoir naturel de carbone dont l’exploitation peut être orientée vers une fixation maximale du carbone – in situ et dans les produits du bois – permettant de compenser les GES émis. Le développement d’une telle stratégie nécessite toutefois d’améliorer nos connaissances quant aux effets des interventions forestières sur le bilan carbone des peuplements, et en tenant compte notamment du fait que les changements climatiques eux-mêmes sont susceptibles, d’une part, de fragiliser certaines zones, et d’autre part de faciliter la remise en production d’autres zones. En particulier, le devenir des importantes quantités de carbone stockées dans la matière organique des sols est une question aussi importante que complexe. Pour répondre à ce besoin de connaissances, nous proposons d’établir une campagne de collecte des données et de mesures des flux et des stocks de carbone aussi bien dans le sol que dans la végétation boréale, dans des peuplements sensibles ou dégradés situés proche de la limite nordique d’exploitation des forêts et possédant des historiques de perturbations résultants de différents traitements sylvicoles. Il sera ainsi possible d’améliorer notre capacité à prédire et donc optimiser les résultats de différentes stratégies d’aménagement dans ces zones sensibles.

Date de commencement : Octobre 2018 ou janvier 2019

Lieu : L’étudiant(e) sera membre de l’Institut de recherche sur les forêts (IRF), et basé au Centre universitaire de Sept-Îles, où une nouvelle équipe d’étudiants et de chercheurs est en pleine expansion. Les travaux de terrain impliqueront des déplacements notamment dans les régions d’Abitibi-Témiscamingue et de la Baie-James. Sept-Îles est nichée dans une baie donnant sur le golfe du Saint-Laurent, et au coeur de la Côte-Nord. Il s’agit d’une ville tranquille, dont l’économie repose principalement sur l’exploitation des ressources naturelles (foresterie, industrie minière et métallurgique, pêche de fruits de mer et poissons) et où un noyau urbain abrite commerces, activités culturelles et lieux historiques. La région est un paradis pour les amateurs d’activités de plein air : randonnée, camping, kayak de rivière ou de mer, ski, raquette, pêche, voile, observation des baleines, etc. Le tourisme y est d’ailleurs en plein essor.

Financement : Bourse de 21 000 $ par année pour 3 ans

Faire parvenir par courriel votre curriculum vitae, une lettre de motivation, vos relevés de notes et le nom de deux références à l’attention de Xavier Cavard ou Yves Bergeron. Un diplôme de Maîtrise/Master ou l’équivalent en écologie, biologie ou une discipline connexe est requis, ainsi qu’une condition physique suffisamment bonne pour mener à bien une campagne d’échantillonnage prolongée dans des sites forestiers reculés.

Les personnes intéressées doivent faire parvenir leurs documents d’ici le 30 septembre 2018.

Download English version

De nombreuses possibilités

Les étudiants à l'IRF peuvent compter sur une équipe de 10 chercheurs très actifs en recherche. Les possibilités d’offres de stages et de projets de maîtrise touchent différent domaine de la foresterie.

irme

Étudier au cœur de la forêt

La Forêt d'enseignement et de recherche du lac Duparquet et sa Station sont des lieux privilégiés d'expérimentation et de démonstration dont la mission est de développer des modes de gestion et d'aménagement forestiers qui respectent le fonctionnement du milieu et tiennent compte des attentes du milieu socioéconomique.

Laboratoires

Des laboratoires de haut niveau

Afin d'assurer un leadership important dans le domaine de la foresterie, l'IRF met à la disposition de ses étudiants et de ses chercheurs des laboratoires dotés d'équipements de pointe.