Communiqué de presse

Financement des universités Un pacte à examiner attentivement

Financement des universités<br />Un pacte à examiner attentivement

Rouyn-Noranda, 23 février 2010 — La rectrice de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Mme Johanne Jean, affirme que le sous-financement des établissements universitaires québécois constitue un frein important au développement du Québec. « Il m’apparaît cependant essentiel, affirme-t-elle, que les solutions envisagées, dont le dégel des frais de scolarité, n’entravent en aucune façon l’accessibilité aux études supérieures qu’elle soit géographique, sociale ou économique ». Par contre, elle s’interroge sur la proposition des signataires du Pacte pour le financement concurrentiel de nos universités à l’effet que l’établissement des frais de scolarité relève de chaque institution puisque, à ses yeux, cela introduirait des inégalités profondes pour les universités comme la sienne.

D’une part, la rectrice reconnaît les efforts du gouvernement provincial et nuance la sévérité des propos émis par les signataires du pacte. Toutefois, la rectrice de l’UQAT est d’avis que le gouvernement du Québec doit encourager de façon spécifique les universités desservant les régions ressources où les marchés sont relativement réduits et où des besoins importants de main-d’œuvre scolarisée se font sentir. À cet effet, elle attend un effort particulier qui ne bouleversera pas les règles du jeu, mais qui reconnaîtrait le rôle essentiel des universités en région. Il en va de même pour une allocation particulière visant les cohortes à faible taux de participation, en raison de la démographie régionale.

Elle estime, d’autre part, qu’il faut accentuer les pressions sur le gouvernement fédéral en faveur du financement de l’enseignement supérieur, notamment la recherche. Elle souligne, en outre, les efforts récents des deux paliers de gouvernement dans le cadre du programme des infrastructures du savoir.

De façon générale, la rectrice se réjouit de l’importance accordée ces temps-ci à la place et au rôle des universités dans les débats sur les priorités à incidence économique, que ce soit cette position des signataires du pacte ou encore celle des participants au forum de Lévis convoqué par le Premier ministre récemment. Conséquemment, l’opinion publique régionale et nationale semble bien mobilisée en faveur du développement des services universitaires et de leur accessibilité.

— 30 —

Sources : Bernard Pelletier
Responsable de l’information et des affaires publiques
819 762-0971 poste 2222

Photo de la rectrice à http://www.uqat.ca/médias/photopresse/rectrice/

Mise à jour : 24 août 2016