Communiqué de presse

Symposium 2008 sur l’environnement et les mines, Concilier développement durable et exploitation minière

Rouyn-Noranda, 4 novembre 2008 — La deuxième journée du Symposium 2008 sur l’environnement et les mines, qui se tient à Rouyn-Noranda du 2 au 5 novembre, s’est intéressée aux rejets de concentrateurs, aux roches stériles et aux aspects réglementaires et sociaux de la gestion des résidus miniers.

Pour ce qui est des rejets de concentrateurs, les modes de gestion évoluent de plus en plus vers des rejets beaucoup plus denses par rapport aux méthodes traditionnelles. On recourt de plus à des procédés de désulfuration qui diminuent les impacts environnementaux. Selon les mots du professeur Bruno Bussière, professeur, titulaire adjoint de la Chaire industrielle CRSNG-Polytechnique-UQAT et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la restauration des sites miniers abandonnés : « Nous sommes passés de la théorie à la pratique. »

Il reste cependant encore énormément de travail à faire en ce qui concerne les roches stériles que l’on entasse souvent autour des sites d’exploitation minière. Il s’agit de pierre qui a dû être enlevée pour donner accès au minerai contenant le ou les métaux recherchés. Le problème est complexe et pose un sérieux défi aux chercheurs pour arriver à mieux comprendre les phénomènes que l’on y observe, que ce soit dans le cas de drainage minier acide (DMA) ou encore du drainage neutre contaminé (DNC). Dans ce dernier cas, relativement nouveau, plutôt que de libérer dans l’environnement de l’eau acide, certaines haldes de stériles dégagent plutôt certains métaux qui même s’ils n’affectent pas le pH comportent quand même certains risques pour l’environnement. Un des présentateurs a, enfin, présenté les contraintes qu’impose le gel dans la gestion des roches stériles en milieu nordique.

Les présentations ont pris fin sur les aspects plus sociaux de la gestion des rejets miniers. Les participants ont ainsi découvert l’approche de développement durable que Xstrata Nickel a adopté à sa mine Raglan, située en milieu inuit. Un représentant de CANMET a pour sa part tracé un portrait rapide des efforts déployés pour la réhabilitation des sites miniers abandonnés dans le cadre de l’Initiative nationale pour les mines orphelines ou abandonnées (INMOA). La session a pris sur une communication du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec sur le nettoyage de dix-huit sites d’exploration minière abandonnés au Nunavik.

La journée a pris fin par un banquet au cours duquel on a décerné le premier prix carrière du comité organisateur des Symposiums Environnement Mines et trois bourses à des étudiants inscrits à la première année du baccalauréat en génie des mines offert par l’UQAT et l’École polytechnique de Montréal.

&mdash 30 &mdash

Source : Bernard Pelletier
Responsable de l'information
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
819 762-0971 poste 2222

Photos et bas de vignette à uqat.ca/journalistes/photopresse/symposium_mines/1

Mise à jour : 24 août 2016