Communiqué de presse

Une doctorante de l'UQAT découvre 20 nouvelles espèces de mousses dans la pessière noire abitibienne 

Rouyn-Noranda, le 19 octobre 2016 –  Lors de sa soutenance de thèse qui avait lieu le 12 octobre au campus de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) à Rouyn-Noranda, la doctorante en sciences de l'environnement, Mme Marion Barbé, a soulevé la pertinence d'utiliser les communautés de bryophytes (mousses du sous-bois) pour comprendre les rôles des parcelles de forêts non-brûlées dans la dynamique de régénération forestière. Les conclusions de son travail auront une portée pour l'aménagement forestier écosystémique qui vise à mieux comprendre les perturbations naturelles, telles que les feux, pour s'en inspirer lors des coupes forestières. En plus de contribuer à l'avancement des connaissances en bryologie, l'étude de Mme Barbé a permis de recenser 20 nouvelles espèces de mousses dans la pessière noire abitibienne.

En effet, en étudiant des parcelles de forêts rescapées du feu (îlots résiduels) Mme Barbé a constaté qu'ils représentaient des habitats de qualité pour les communautés bryophytiques, puisque ces îlots peuvent abriter une grande diversité d'espèces. De plus, les îlots résiduels représenteraient des sources de semences et seraient alors activement impliqués dans la recolonisation de la forêt suite à la perturbation : « Les mousses sont des éléments structurants fondamentaux de la pessière noire et elles sont les instigatrices de la régénération entière de l'écosystème. Puisque les îlots résiduels issus des feux sont des habitats de qualité et des sources de semences pour les mousses, cette étude appuie la pertinence, pour la résilience de l'écosystème, de s'inspirer de ces structures en foresterie en maintenant des îlots de rétention dans les parterres de coupe », souligne Mme Barbé.

Cette recherche permettra de fournir des guides pour l'aménagement écosystémique en renseignant sur le design à appliquer aux îlots de rétention afin de maintenir des communautés bryophytiques diversifiées et fonctionnelles. Lors de sa présentation, Mme Barbé a également sonné l'alarme quant à la nécessité de conserver des parcelles de vieilles forêts intactes comme refuges pour les espèces de mousses les plus sensibles et qui demeurent absentes des îlots résiduels.

Intitulée « Dynamique des communautés bryophytiques en pessière noire à mousses de l'ouest du Québec : rôles des îlots résiduels post-feu », la thèse deMarion Barbé fut réalisée sous la direction de la professeure Nicole Fenton, Ph. D. et du professeur Yves Bergeron, Ph. D., de l'Institut de recherche sur les forêts (IRF-UQAT).

-30-

Source :
Nathalie Cossette, agente d'information
Service des communications et du recrutement
819 762-0971 poste 2628

Lien de téléchargement des photos

Mise à jour : 24 août 2016