Unité de recherche sur les interactions humaines (URIH)

Professeurs

Denise Côté
Responsable
  Sylvie L'Heureux
Professeure
Marie-Hélène Poulin
Professeure
  Saïd Bergheul
Professeur

 


 

Ses débuts

L'une des premières unités de recherche de l'UQAT, elle a connu son essor et défini sa mission actuelle à partir de 1986 lors d'une première collaboration entre Marcel Trudel, maintenant professeur à l'Université de Sherbrooke, et Jacques Naud. Cette collaboration s'est déroulée autour d'une étude longitudinale du développement des jeunes enfants en région périphérique.

 

Son mandat

Le mandat de l'Unité des recherche sur les intéractions humaines (URIH) est d'abord de contribuer aux connaissances sur le développement normal des jeunes enfants en région périphérique, et de là, fournir le support empirique et conceptuel à l'enseignement sur ces aspects. Le deuxième objectif est d'offrir aux étudiants, plus particulièrement ceux du deuxième cycle, un environnement de pointe pour l'étude observationnelle du comportement.

 

Ses réalisations

Les communications scientifiques (collaborations à des livres, thèses, mémoires, articles et autres) des membres ou collaborateurs de l'URIH s'élèvent à près de 80 depuis 1986. Environ 60 % de celles-ci portent directement sur des données recueillies en région. L'URIH a de plus tressé un réseau de collaborations avec d'autres chercheurs du Québec, des États-Unis et de la France (voir communications des membres de l'équipe pour avoir une idée des collaborateurs et des thématiques abordées).

 

Ses recherches en cours

  • Une première étude du développement du jeune enfant en région périphérique

    Une première étude longitudinale du développement normal des enfants d'âge préscolaire en région périphérique, menée par les chercheurs Marcel Trudel et Jacques Naud, est à sa phase d'analyse des données. Cent cinquante enfants et leur famille ont été suivis à différents moments de 18 à 48 mois. Une batterie de mesures indirectes permet d'évaluer autant les aspects individuels que relationnels pertinents au développement. Les interactions sociales de l'enfant dans différents contextes sont de plus enregistrées sur bandes magnétoscopiques et sont actuellement en voie d'être abordées à l'aide de taxonomies centrées sur les actes sociaux et leurs composantes affectives.

  • Émergence des différences individuelles

    Le processus d'individuation est l'une des préoccupations du chercheur Jacques Naud. La canalisation sociale et biologique se concrétise dans le style affectif et comportemental de l'enfant en interaction sociale. Ce style est mis en relation avec la perception parentale du tempérament de l'enfant. Avec Francine Sinclair, une étude de l'influence de la diversité dans la qualité des relations d'attachement mère-enfant et père-enfant permet de concevoir le développement dans un cadre polytropique.

  • Développement de l'autorégulation

    À l'aide de mesures directes et indirectes, la chercheure Martine Cournoyer s'intéresse à l'influence relative des facteurs individuels et sociaux qui sont reliés à l'émergence de l'autocontrôle, auprès d'enfants âgés de deux ans. D'autres recherches, menées conjointement par les quatre chercheures et chercheurs de l'URIH, portent sur l'autorégulation sociale démontrée ultérieurement. Grâce à l'observation directe, les chercheures et chercheurs visent à décrire les différences individuelles, dans la prise en charge du comportement, lors de l'absence de partenaire social dans un environnement non familier.

  • Pratiques parentales

    En ce qui a trait aux pratiques parentales, les chercheures et chercheurs observent et questionnent les parents concernant les stratégies comportementales qu'ils utilisent dans le processus de socialisation de leur enfant. Les questionnaires visent également à recueillir des informations sur les attitudes et les valeurs qui sous-tendent ces pratiques éducatives. En outre, les membres de l'équipe s'intéressent à cerner les champs d'accord et de désaccord parental ainsi que les différences intergroupes entre les mères et les pères. Enfin, les pratiques parentales sont abordées en examinant les domaines qui démontrent de la stabilité ou de la variabilité, en fonction de l'âge et du sexe de l'enfant.

 

Ses perspectives d'avenir

Un des projets de recherche futurs de Martine Cournoyer vise à préciser le rôle joué par le langage dans la manifestation précoce d'autocontrôle. Dans un premier temps, la chercheure tentera de cerner les caractéristiques du processus d'interaction parents-enfant qui favorisent le développement des habiletés de communication chez le jeune enfant. Dans un second temps, elle examinera l'influence des habiletés individuelles, sur le plan langagier, dans le développement de l'autocontrôle, en tenant compte du contexte relationnel dans lequel ces habiletés ont été acquises. Un deuxième projet autour des préoccupations de Francine Sinclair pour la socialisation en groupe de pairs veut étudier le processus d'émergence des règles sociales dans les groupes d'enfants.

 

 
Mise à jour : 23 août 2016