Fragments, la création d’un premier jeu

Publié Par on fév 20, 2017 | 0 commentaires


Aujourd’hui, je rencontre les membres de Pulsarium, un laboratoire du département Création et nouveaux médias de l’UQAT à l’origine d’un jeux-vidéo multijoueurs en réalité virtuelle développé sur l’Occulus-Rift.  Il se compose de Marie Guittard, Tom Clech, Marwan Sekkat, Rémi Duriez et de Romain Sepulchre, tous étudiants à la maîtrise. Ce jeu, Fragments, permet d’évoluer sur une planète avec deux types d’expériences de jeu.

 

L’approche du jeu

Bien, c’est parti, on commence tout d’abord par s’installer prés d’un bureau fourni de documents pseudo confidentiels concernant une certaine mission puis vient le moment de choisir son type d’expérience de jeu.

Ordinateur VS Casque VR
Ce jeu multijoueurs dit « asymétrique » est un type de jeu où les joueurs ne partagent pas le même point de vu. Grâce à deux interfaces, une sur ordinateur et une autre avec le casque de réalité virtuelle, les joueurs évoluent sous une god view (vue du ciel) ou sous une vue à la première personne. Pour ma première partie, je décide de prendre l’immersion totale, ouaip le plein de sensation. J’enfile donc le casque et je me plonge dans l’univers récréé virtuellement. A la suite d’une sympathique petite scénarisation mettant en place le récit, je me retrouve dans le coeur de l’environnement modélisé.
Woaaw ! Je découvre un univers en low-poly, coloré et varié. Et un autre point plaisant et absolument pas négligeable est l’intégration d’un monde ouvert et vaste !

 

Fragments – Teaser  de Pulsarium

L’expérience de jeu

À l’instar des Zelda, on retrouve une carte se scindant en 4 zones qui représentent respectivement 4 éléments. Le but d’un des joueurs est de récupérer les fragments d’éléments pour les amener à son vaisseau, l’autre en revanche est résident de cette planète et doit défendre cette dernière. Cette vision non archétype a été pensée pour ne pas instaurer des gentils ou des méchants et pour apprendre à jouer différemment selon un nouveau rapport.

Bon plus le temps de papoter, je dois zigouiller mon adversaire qui veut venir me piquer mes ressources.
[…]
Après diverses tentatives non fructueuses pour me défendre contre lui, je décide simplement et fièrement de fuir. Me vient alors LA bonne idée de tests à faire. J’allais voir si ce jeu avait été codé correctement…
Bêtement, je me lance dans la lave et je meurs. Et bien c’est cool, car ça réagit, on a même le temps de voir le décor là-dessous ! Retour au point de départ, je décide maintenant de me jeter dans l’eau glacée. Je résiste et je peux même nager. Plus de temps, fin de partie. J’ai perdu, mais je me suis bien amusée via le speed run et les impulsions sur mon ennemi.
Je passe maintenant sur ordinateur avec l’espoir de gagner cette prochaine partie.La versatilité de ce jeu avec l’Occulus rift permet d’osciller sur la question de l’immersion en ayant une expérience de jeu avec et sans le casque. J’ai trouvé vraiment agréable de vivre ces deux modes de jeu, l’un privilégiait plus l’immersion avec la découverte de la planète. On semblait ainsi être plus sensible à l’univers, car nous évoluions à travers lui. Cependant, après ce type de jeu, j’ai aimé retrouver la stabilité et les repères de l’expérience de jeu hors casque. Les yeux sont libres de détourner le regard pour se reposer.

 

La création de Fragments

Répondant à des contraintes de temps, Pulsarium disposait de 3 mois au total incluant 1 mois et demi de production.
Ce travail dans la production de jeux vidéo était une découverte pour Pulsarium. Les supports comme la modélisation 3D et le moteur de jeu étaient inconnus et les compétences en code limitées. Après le choix de coder sur Unity et sous un support en réalité virtuelle, il a donc fallu réaliser un gros travail de recherches, d’adaptation et de polyvalence.
L’équipe a pu se former grâce aux nombreuses ressources disponibles en ligne ce qui nous montre que le domaine du numérique est accessible pour n’importe quelle personne motivée et cela peu importe son niveau initial.

Merci à l’équipe pour cette belle expérience !

 

pulsarium-fragments-vr

L’équipe Pulsarium

(Romain Sepulchre, Tom Clech, Marie Guittard, Marwan Sekkat et Rémi Duriez)

 

Partagez!
  • Print
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • RSS

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>